FR
EN
Menu

Space Invaders

À la chasse aux mosaïques pixélisées

Publié le 05/03/2020

L’artiste derrière Space Invaders se définit comme libre et non identifié. Personne, ou juste un petit nombre de privilégiés, ne sait qui il est vraiment. Il est toujours masqué car il tient à garder son identité secrète. Ceci se justifie par une raison logique, l’art qu’il pratique est interdit. Il crée des figurines en céramiques qu’il colle ou fixe sur des murs dans la rue. Cette pratique s’assimile à du graffiti et ce n’est pas super légal car cet art frôle le vandalisme. L’artiste est même banni de plusieurs pays dans le monde sous peine de se faire arrêter par les forces de l’ordre. 
 


© PA_801-diapo-LYKEF3TC
 

Le principe est très simple : il crée de l’art urbain à base de figurines pixélisées en céramiques fixées sur les murs dans de nombreuses villes partout dans le monde. À Paris il y en a 1 437 ! Cet art contemporain et urbain est aussi un jeu car Space Invaders a sa propre application mobile où vous scannez les figurines dénichées dans la ville et chaque pièce vous rapporte entre 10 et 100 points de score. Pour 1 437 figurines vous pouvez avoir jusqu’à 38 590 points ! À côté de la tour Eiffel, à côté de la Sorbonne, non loin du Jardin des Plantes, rue Paradis, place du Tertre, à côté de l’Institut du Monde Arabe, au Père Lachaise, rue Leroy Dupré, Canal Saint Martin, rue de Rivoli, derrière le Centre Pompidou et j’en passe ! Rien à la clef, mais c’est l’occasion de se balader dans les rues de Paris et d'arriver à dénicher toutes les oeuvres plus ou moins cachées de l’artiste. 
 


© PA_1147-diapo-H41M74H4
 

L’artiste a commencé seul à coller ses petites céramiques la nuit mais son projet à tellement pris d’ampleur qu’il est désormais obligé de se faire aider pour certaines pièces. Les endroits sont aussi de plus en plus cocasses, il y en a une en haut d’un télésiège à 2 362 mètres d’altitude en Suisse, et une autre sous l’eau, rien que ça, dans la baie de Cancun au Mexique. Il vous faudra carrément un équipement de plongeur sous marin et un téléphone super étanche pour pouvoir prendre celui la en photo ! Cet artiste amène l’art urbain a un tout autre niveau et il n’a vraiment pas froid aux yeux. Game is not over. 
 

INFORMATIONS PRATIQUES

Partout dans le monde à n’importe quelle heure !
App pour IOS et Android “FlashInvaders”

Offrez la carte culturelle

Thumb e3e9a29e3292eb7c
Jusqu'au 5 janvier 2020
Laissez-passer : Expo “Paris-Londres Music Migrations (1962-1989)”
Musée de l’histoire de l’immigration
RESERVER
Thumb d22a07ec6ba4960e
Mercredi 6 novembre à 19h
Soirée privée avec un expert autour de la vente Art Contemporain Africain
PIASA
RESERVER
Thumb cea102eeb7a080df
Du 9 au 11 novembre
Invitation journalière : AKAA - Also Known As Africa
Le Carreau du Temple
RESERVER

À LIRE AUSSI

culturesecrets-secrets-de-josephine-art-joconde-van-gogh-gericault
INSOLITE
Tout ce qu’on ne vous a pas dit
Les Secrets des oeuvres d’Art
En ce moment le temps est morose en France et le moral des troupes est au plus bas. Chez CultureSecrets nous nous sommes donné l’objectif de vous faciliter l’accès à la culture et aujourd’hui nous voulons vous parler art et de … secrets !
culturesecrets-secrets-de-josephine-spectacle-danse-theatre-opera-garnier-paris
OPERA
Alan Lucien Øyen au Palais Garnier
Illusion, réalité, danse et théâtre
Chez CultureSecrets nous vous parlons cette semaine d’un spectacle qu’il faut aller voir une fois que le confinement sera fini, c’est le spectacle de Alan Lucien Øyen. Chef de file d’une nouvelle génération scandinave d’artistes, chorégraphe de renom, artiste en résidence au Ballet national de Norvège, metteur en scène et cinéaste, nous vous présentons Alan Lucien Øyen.
culturesecrets-secrets-de-josephine-marilyn-monroe-bob-dylan-exposition-photos
EXPOSITION
“Bob et Marilyn” - Galerie Dina Vierny
Knocking on … mister President ?
Cette semaine chez CultureSecrets on veut vous parler d’une exposition de photographies aux reflets dorés d’une chevelure aussi connue que l’interprète de la chanson “blowin in the wind”. Les clichés exposés ont été pris par deux photographes, Jerry Schatzberg et Bert Stern.